Propos recueillis par Aurore Lequenne

 

 

ParisAbidjan : Pourriez-vous nous en dire plus sur Empow’her et ses objectifs ?

Margaux Teuliere : Empow’Her est une organisation internationale qui œuvre pour l’entrepreneuriat notamment celui des femmes dans le monde. Nous sommes convaincus que c’est un levier puissant pour leur émancipation, le développement de leur communauté et de leur société. Nous intervenons initialement dans les pays en voie de développement avec des missions ponctuelles et depuis peu nous avons développé nos premières filiales en Côte d’Ivoire et au Niger. L’objectif est d’apporter des solutions, des outils à des femmes qui n’ont pas accès à l’éducation ou qui n’ont pas les moyens pour mettre en place leur projet. Nous agissons donc au travers de différentes actions : formation, accompagnement, mise en réseau, suivi.

 

 

PA : Pourquoi avoir choisi les femmes entrepreneures, pourquoi les soutenir ?

MT : Les femmes entrepreneures sont de plus en plus nombreuses, notamment dans les pays en développement. Plus de 50% des entreprises créées dans ces pays le sont par des femmes qui ont bien compris le potentiel offert par l’entrepreneuriat : l’autonomisation. Cependant, les obstacles sont encore nombreux et nous souhaitons renverser la tendance en leur donnant les moyens de réussir (soutien, accompagnement).

 

 

PA : Empow’her a créé sa première filiale africaine en 2017. Quelles en sont les raisons ?

MT : Depuis 2017, nous avons décidé de changer d’échelle afin d’avoir plus d’impact. Nous avons donc ouvert la 1ère filiale en local en Côte d’Ivoire. Le but était d’avoir une structure locale qui puisse permettre d’étendre géographiquement nos actions, d’aller dans des régions plus reculées pour toucher un maximum de femmes, créer une véritable communauté et mettre en avant les porteuses de projets.

 

 

PA : Pourquoi avoir choisi la Côte d’Ivoire ?

MT : La Côte d’Ivoire a été une opportunité. Deux des anciennes fondatrices d’Empow’her (Audrey Joubert et Caroline Boone), travaillant sur place depuis quelques années, ont identifié l’opportunité. Un diagnostic a été réalisé pendant plus de six mois dans quatre régions de Côte d’Ivoire afin d’identifier les besoins des femmes, les actions à mettre en place. Suite aux résultats de ce diagnostics qui ont été plus que satisfaisant, nous avons lancé la filiale début 2017.

 

 

PA : Assoya, entreprise sociale de l’écosystème Empow’her, a également été lancée en 2017. Quels sont les objectifs de cette association ?

MT : En juillet 2017, nous avons créé Assoya dont le lancement officiel a été en octobre 2017. Assoya est une entreprise sociale issue de l’écosystème Empow’her (sorte de HUB de Empow’her Côte d’Ivoire). C’est un espace de travail collaboratif (co-working) « imaginé par des entrepreneurs pour des entrepreneurs ». Et comme Assoya est une entreprise sociale, elle reverse l’intégralité de ses bénéfices à Empow’her Côte d’Ivoire !

 

 

© Assoya

 

 

PA : Que propose Assoya ?

MT : Assoya propose bureaux partagés connectés et polyvalents (co-working), une programmation évènementielle régulière (pour créer des opportunités et des initiatives nouvelles) et variée (afterworks, conférences, ateliers…) mais aussi des activités spécifiques (formation, incubateur…). Notre vision à terme est de créer une communauté d’entrepreneurs et de cocréer avec les acteurs locaux (Jokkolab, MakeSens, artistes locaux…).

 

 

PA : Pouvez-vous nous en dire plus sur les débuts de cette aventure ?

MT : La création de cette association a été un véritable challenge administratif d’où le lancement en octobre 2017. Nos activités ont eu un accueil vraiment positif. Mais la vraie difficulté que nous avons eue, et que nous avons encore, reste de se faire connaître, de faire comprendre le concept (nouveauté en local) et également de faire en sorte de devenir une référence sur ce domaine.

 

 

PA : Comment financez-vous ces projets ?

MT : Le financement de nos projets est fait à la fois par des investisseurs privés et par la location d’espaces (poste de travail, salle de réunion, privatisation…), les frais d’entrées aux événements.

 

 

PA : Comment accompagnez-vous les entrepreneurs ?

MT : Nous proposons plusieurs programmes de formation (comptabilité, leadership, création d’entreprise…) avec des formats différents (deux heures par semaine, formation accélérée…). Et nous avons encore plein de projets en tête !

 

 

PA : Comment voyez-vous les mois à venir ? Que prévoyez-vous de mettre en place ?

MT : Nous souhaitons continuer à faire grandir Assoya, à la faire connaître et à développer le programme évènementiel avec les acteurs locaux. Nous allons prochainement lancer un programme de coaching et un incubateur. Au sein de l’incubateur, 5 femmes seront accompagnées pendant 1 an avec des formations techniques, l’accès à des évènements, à des outils pour leur permettre de gagner en performance, en visibilité. Pour faire simple, nous souhaitons leur donner un cadre de travail et un accompagnement sur mesure pour qu’elles aient toutes les clefs pour réussir. Nous prévoyons également de mettre ne place de nouveaux formats de formations (fréquences, types…), un programme de formation de formateur à Abidjan et en région pour toucher un maximum d’entrepreneurs.

 

 

PA : Pensez-vous dupliquer la formule ?

MT : Assoya Côte d’Ivoire était un premier test et les résultats sont déjà très concluants. Nous avons donc lancé en début d’année 2018, un HUB au Niger. Et nous ne comptons pas nous arrêter là car nous prévoyons de toucher également les pays anglophones et les autres continents. L’objectif est de créer une véritable communauté d’entrepreneurs globalisée et internationale !

 

 

 

INFOS PRATIQUES

Adresse : Abidjan, Marcory, Avenue de la Côte d’Ivoire, En face de l’Hôpital général (PMI)

Horaires : du lundi au vendredi de 8h à 19h, le samedi de 8h à 13h

E-mail : contact.ci[at]empow-her[dot]com

Site internet : www.assoya-ci.com

Tél : +225 86 75 98 59

Facebook : Assoya

Twitter : @AssoyaCIV

Par Rédaction ParisAbidjan le 16 février 2018